photo de palmiers sur fond de ciel en fin de journée

La cité des Anges

Il faut bien rentrer un jour.

Jeudi, je suis allée à Venice, je n’y étais pas retournée depuis ma dernière journée avec les parents. C’était assez marrant d’y retourner maintenant. J’ai d’abord mangé des waffle fries où j’en avais déjà acheté avec Morgane puis j’ai décidé d’aller voir si Casey était dans le coin.

Chance, son stand était au même endroit que d’habitude, j’ai donc passé 2h à discuter à l’ombre de son stand. Avec tout ça, l’après-midi avait filé et mon projet d’aller à la plage tombait à l’eau. J’ai donc juste fait un tour dans les magasins de souvenirs avant d’aller chercher des donuts chez Blue Star Donuts (j’avais décidé de les faire goûter à Edmund et Christina). Mais quelle galère ! Le mec pas très futé m’a fait payer sans vérifier ce qu’il restait. Du coup il n’avait plus tout ce que j’avais demandé et manque de pot pour lui, il restait tellement peu de donuts qu’il n’en restait pas d’autre qui me plaisait. J’allais pas acheter 3 orange/olive oil non plus quoi. 15 min pour essayer de me rembourser sur ma carte avant de finalement me donner du cash... du coup j’ai raté mon bus !

Mais je suis rentrée entière et ai passé la soirée au calme pendant que les américains célébraient Halloween, j’ai croisé plein d’enfants déguisés pendant leur Trick or Treat, c’était mignon.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Vendredi, jour des morts. J’avais repéré un événement à Downtown, Dia de los Muertos, il semblait y avoir des stands, un concert, des animations. Je voyais un peu le genre d’événement auquel on avait assisté avec mes parents. Après une matinée de travail je me suis donc mis en route pour Downtown (Edmund aurait voulu venir mais il avait du travail)

Après plus d’une heure de trajet, j’étais enfin arrivée à Grand Park, encore une fois, c’était marrant d’y retourner après un passage avec les filles et un passage avec les parents. Le « festival » était complètement mort. Il y avait le Climate Strike juste en dessous, peut-être que ça n’aidait pas ? Moi qui espérais acheter des tacos sur place, je crevais de faim et rien d’interessant à l’horizon.

Je suis donc partie à Grand Central Market où j’avais emmené mes parents. J’ai testé une « charcoal lemonade », boisson toute noire très rafraîchissante et sucrée comme j’aime. J’ai accompagné ça de Mac&Cheese et j’étais super contente d’en remanger.

Après ça je me suis dit que le concert aurait commencé donc je suis retournée à Grand Park et... ils étaient entrain de ranger la scène. L’incompréhension totale ! J’étais un peu déçue, la sensation d’être venue pour rien, ce n’est jamais agréable.

Je suis donc rentrée à l’appart et j’ai pris du temps pour moi, ce qui est bien aussi je présume !

Ce soir là, Edmund m’a proposé d’aller chercher à manger avec eux, j’ai donc profité d’un bon petit Five Guys devant un film captivant : same kind of different as me. Un film à voir ! Bouleversant.

Et grosse surprise ce soir en allant me coucher, un mail m’attendait.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Samedi j’avais donc un concert de prévu ! En effet, la veille j’avais appris que j’avais des tickets pour un concert privé de Camila Cabello à l’occasion la sortie imminente de son prochain album. Toute personne me connaissant assez, sait que je suis un peu hyper fan.

C’était donc le gros cadeau de fin de voyage. N’ayant aucune idée de comment cela allait se passer, j’avais décidé de ne rien faire de spécial. Je suis donc arrivée au studio avec 2h d’avance et l’heure indiquée était déjà 1h30 avant le début du show... (mais ça je ne l’ai appris que sur place)
C’était très long mais j’ai fait la connaissance de Michelle et sa fille Mickaela, du coup le temps est passé plus vite !
Plus on s’approchait, plus j’avais hâte.
Ils avaient prévu une jolie installation florale pour prendre une photo, j’étais hyper gênée de devoir poser devant toute la file. Certains n’avaient aucun complexe à faire des pauses improbables devant tout le monde.
On a encore attendu 1h30 dans la salle, mon dos n’en pouvait plus. On a rencontré une autre mère et sa fille, elles venaient des Philippines. Décidément !

Puis le concert a commencé, c’était extra, comme chaque concert auquel j’ai assisté. Le son n’était pas ultra bien géré pour les semi sourds comme moi mais dans l’ensemble c’était bien. C’était drôle d’expérimenter un concert aussi intime dans un pays où les concerts se font généralement dans des salles cinq fois plus grandes qu’en France pour ce genre d’artiste. J’ai pu profiter à fond du concert et vous n’aurez pas de photos car les téléphones étaient interdits ! On nous les a fait mettre dans des petites pochettes agrémentées de fermoirs antivol. C’était assez étrange de profiter d’un (mini) concert entier sans avoir tous ces téléphones entre l’artiste et moi. Franchement, on devrait instaurer ça dans tous les concerts ! C’est tellement plus cool et tellement plus immersif !

Après ça j’étais affamée donc je me suis arrêtée chez In-N-Out histoire de me nourrir avant de rentrer et de m’écrouler.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Dimanche, après un repos bien mérité et une heure de sommeil de plus (on a enfin changé d’heure de l’autre côté de l’atlantique) je me suis mis en route pour Venice afin de déjeuner avec Casey, le skateur peintre. Il m’a emmenée à un taco truck qui semble avoir son petit succès. J’y ai mangé un excellent burrito au poulet. On a ensuite regardé une série avant de le laisser de me poser sur la plage. J’espérais bronzer un peu mais en fait il faisait trop froid pour supporter le maillot sur la plage. J’ai essayé de passer une petite heure à écouter les vagues sur fond de boum boum.
Oui parce qu’il y avait un événement à Venice. L’afterburn, un festival relié à Burning Man, même ambiance, même univers, même public. J’y suis donc passée, je pourrai dire que je sais à quoi ressemble Burning Man (dans le confort de la ville et à 1h de bus d’un vrai lit). C’était tout à fait spécial. De la musique hyper techno, des sculptures à la fois futuristes, bizarres, rétro, délirantes. Malgré le changement de musique à chaque « char », il y régnait une ambiance commune. J’y ai croisé beaucoup de gens affublés de drôles de tenues et dansant en rythme sur la musique, certainement drogués sans vouloir juger. Bref, la drogue c’est pas trop mon truc, du coup après avoir pris quelques photos des sculptures et chars puis m’être imprégnée un peu de l’ambiance du festival, je suis gentiment partie en direction du bus.
Encore une sacrée aventure ce bus … vivement que je retrouve mon mini Paris où je peux tout faire à pied ou avec ma carte vélib. Avec tout ça, j’ai quand même attendu 30min ma correspondance, s’ils étaient à jour sur leurs horaires, j’aurais marché directement et serait arrivée au moment où je montais enfin dans le bus. Malgré mon pull, j’étais frigorifiée. Vous imaginez bien… j’avais encore pris froid.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Lundi je suis donc restée à la maison. J’avais un meeting tôt le matin (merci le décalage horaire), j’étais tellement fatiguée. J’avais chaud, j’avais froid, j’avais sommeil, j’avais mal au ventre. Un bon coup de froid quoi. C’est un peu le problème de Los Angeles où il fait extrêmement chaud quand il fait jour et dès la nuit tombée, c’est le pole nord. C’était un mal pour un bien, j’avais pas mal de trucs à régler côté travail qui me prenaient la tête (et donc qui m’angoissaient un peu)
J’ai fait une pause à midi pour aller faire un tour au Farmers Market et m’acheter des ribs accompagnées de mac-cheese et de coleslaw à emporter. C’était une petite pause sympa. Après ça je me suis remise au travail et après quelques heures, satisfaite, j’étais moins stressée par toutes les horreurs administratives. Mais qu’on se le dise, quand on est à son compte, c’est quand même pas facile de comprendre ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire et comment être parfaitement en règle. Et je ne parle même pas des changements de statut ! (Bonjour la TVA, enchantée)
Après tout ça, je me suis dit que j’avais bien mérité une petite balade au Grove, un dernier tour chez Barnes&Noble dans l’espoir de trouver le numéro 4 de ma série de comics… encore raté. Va falloir que je le commande celui là. C’est quand même bête d’avoir du 1 au 6 sans le numéro 4.
J’avais prévu une séance de cinéma pour finir ma journée mais vous savez quoi ? 16€ la séance, j’avais pas envie ! C’est trop cher le cinéma aux US.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Mardi, le retour approchait de plus en plus et la fatigue était de plus en plus présente. J’avais mal dormi (le froid quand la nuit tombe ? Ou le stress du retour ...?)
J’ai passé la matinée au lit, grande malade que j’étais. Mais j’avais envie de guérir avant de subir 12h d’avion.
J’ai fini par m’activer et commencer ma valise, quelle belle surprise de constater que je n’allais pas me battre pour la fermer ! Le fait de devoir garder 2 sweats, un foulard et un bonnet avec moi pour l’arrivée à Paris a du aider.
Ensuite je suis allée faire un tour au Grove pour la toute dernière fois. Il y avait plein d’installations pour la sortie de la petite sirène c’était assez mignon.
Puis je suis allée manger mes dernières tots, un peu nostalgique. Je les ai savourées !
Après tout ça, il n’était que 14h15... j’étais malade mais l’idée de passer tout l’après-midi enfermée alors qu’il faisait beau...
Du coup je me suis motivée et ai pris le chemin d’Hollywood Boulevard, à pied. J’ai enfin fait mes derniers achats (à 48h du départ il était temps)
Et alors que je pensais rentrer à pied, j’ai croisé un scooter électrique Wheels, je voulais les essayer depuis la première semaine. Maintenant que j’avais un téléphone américain et fonctionnel, je pouvais enfin essayer !
J’en ai donc loué un pour rentrer chez moi, 20min de gros plaisir avec les cheveux au vent. Ça monte quand même à 32 mph ces machins là. Ils pourraient fournir des casques car c’est un peu dangereux mais j’ai conduit prudemment. Et je dois aussi admettre que les américains sont bien plus respectueux avec les diverses trottinettes.
En rentrant, j’ai craqué et je suis allée me chercher un petit cheeseburger chez Five Guys.

Mercredi, dernier jour complet sur place. J’avais du mal à réaliser ! Après une matinée calme, préparation de valise, rangement des affaires, préparation des essentiels pour l’avion, etc... j’ai pris la route de Venice pour voir l’océan une dernière fois. Je voulais aussi manger un dernier donut !
Malheureusement pour moi il n’y avait pas de donut orange/huile d’olive. Oui, je sais, ça paraît immonde mais c’est juste le meilleur donut de la terre, croyez moi ! J’ai du capituler pour un OG, simple mais efficace et j’ai découvert le mimosa donut. Je me suis dit pourquoi pas.
Je ne suis pas restée très longtemps à la place car le soleil n’était pas là et il faisait un peu froid. Disons que j’aurai dit au revoir à l’océan.
Je voulais donc aller boire un dernier verre (et pourquoi pas profiter d’une dernière assiette de ribs) au Abbey mais j’ai mis tellement de temps de bus à y arriver qu’il faisait déjà nuit... je suis passée devant, j’ai senti le froid s’immiscer dans mon blouson, j’ai vu le manque de chauffage, j’ai continué mon chemin. Tant pis pour les ribs... je sortais juste de la maladie, hors de question de retomber malade avant 11h d’avion.
Un mal pour un bien : cela m’a permis de rentrer en Wheels une dernière fois ! Mais croyez moi, de nuit c’est moins rigolo. Même s’ils ont fait les choses bien avec un vrai phare avant et tout, je ne faisais pas la maline. Et puis, en me rasseyant sur ce petit siège, j’ai réalisé qu’il faisait très mal aux fesses. J’ai senti les séquelles de la veille pendant le trajet !

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Jeudi, grand jour du départ ! Je ne vais pas vous ennuyer avec un programme hyper barbant, basiquement à 12h30 j’étais à l’aéroport et à 15h25, je décollais.
Ce très long vol m’a permis de faire le point sur ce voyage. Tant de préparation m’a permis de vivre intensément et ma vie depuis août, ça se résume à ça :
12 semaines
26 étapes
8376 km de conduite
687 km à pied
9 états
4 avions
27 Logements
4263 photos et vidéos
Des dizaines rencontres
Des centaines d’échanges
Des milliers de souvenirs
Deux amitiés
Un job
Avec autant de logements différents je suis fière de dire que je n’ai laissé derrière moi qu’un chargeur d’iPhone à Tahoe et un chapeau à San Diego (pardon maman).
J’ai mis des années à réaliser ce voyage dont je parle depuis si longtemps et aujourd’hui je ne regrette rien si ce n’est que le temps passe trop vite. Malgré tout, je reste persuadée que 3 mois était la bonne durée et que j’ai vécu ce que je voulais vivre, vu ce que je voulais voir, et peut-être même réalisé ce que j’avais à réaliser.
N’oublions pas que si ça se passe bien, j’ai désormais un client à LA et donc une excuse pour y revenir plus souvent !
Aujourd’hui c’est avec joie que je reviens à la vraie vie et que j’accueille chez moi Pégase pour m’accompagner dans ce nouveau chapitre.

Des bisous de Paris.
PS : j’ai toujours le même numéro, on se prévoit un truc pour rattraper ces derniers mois ?

mosaique de photos illustrant le texte au dessus