Photo de Marine Bayle marchant le long de la plage à Malibu, Californie

Ce n'est qu'un au revoir

La fin de la joyeuse compagnie.

Jeudi, opération Hollywood ! On est parti à l’assaut d’Hollywood Boulevard où mes parents ont pris les différentes étoiles en photo, marché en levant la tête, moi la première fois que j’y étais quoi !
On a réussi à faire les emplettes souvenirs de mes parents en un clin d’oeil, je les ai emmenés à La La Land, énoooooooorme magasin de souvenirs sur le boulevard. On s’est ensuite fait avoir et on est allé au musée de l’illusion. Le premier vendeur était un gros débile, il avait décidé qu’il ne me comprenait pas « I’m good thank you and you? » c’est vrai que c’est hyper dur à comprendre. Il s’est donc barré en nous laissant avec le collègue, bien plus sympa heureusement, qui nous a aidé à choisir plutôt la upside down house. Bon, c’était rigolo hein, mais ça reste cher pour ce que c’est je dois dire. On a fait deux trois photos sympa histoire de dire qu’on avait marché sur le plafond. Et moi je me suis explosé le crâne sur un meuble en me relevant après une photo, ça pique.
Pour le déjeuner je les ai traînés au Abbey, mon bar-restaurant préféré à West Hollywood et ils ont adoré leur plat de ribs ! (Les gens sont encore habillés et la musique est raisonnable à cette heure là)
Après ce repas sympa mon père voulait retourner voir les maisons à Beverly Hills, une petite heure à tourner dans les rues, des étoiles dans les yeux. (J’ai toujours pas trouvé de mari là bas, zut) il était temps d’aller voir le Hollywood Sign de plus près. Le gps nous a fait passer par les collines, sacrées routes sinueuses encore ! On a donc traversé un parc par hasard et on est passé au milieu d’un tournage !! J’étais comme une folle sur mon fauteuil ! Mais je n’ai pas vu d’acteur connu.
Quelques photos et on reprenait la route de West Hollywood pour aller manger une glace. On avait vu un Salt & Straw après le déjeuner et mon père ne l’avait pas oublié. J’ai repris une glace avec deux balles de golf, c’était lourd dans mon corps (je n’ai toujours pas compris comment mon père assumait les deux balles de tennis)
La nuit tombait, on s’est dit que c’était le bon moment pour monter voir le Griffith Observatory, quel bazar ! On a jamais dépassé le bas de la colline et mes parents très peu patients ont décidé que ce ne serait pas grave de ne pas cocher la case.
Du coup, rentrés plus tôt, on a pu se reposer un peu avant de ressortir en direction de Mercado. Un restaurant où l’on m’avait emmenée il y a 2 ans et dont je gardais un excellent souvenir. Étonnant que je ne me sois pas souvenue que ça arrachait la bouche. Après les cocktails et le guacamole, les tacos nous ont pris par surprise mais ça nous a bien fait rire (même si on avait tous mal à la bouche et le ventre qui brûlait lentement), heureusement le dessert était plus doux et très bon. Un « flan », nous on appelle ça une crème à la vanille. Mais bon.
Et en rentrant on a croisé aux lampadaires du LACMA le chiot le plus mignon de la terre. Il faisait la taille de ma main !! Il était tellement trop mignon que j’aurais voulu le ramener avec moi.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Vendredi, dernière journée complète des parents, on a pris la route de Malibu ! On a longé la côte et vu de belles maisons, j’en ai repéré deux-trois potentielles pour quand je serai riche.
On a marché sur Malibu Pier qui est miiiiinuscuuuule comparée à celle de Santa Monica. Mais on s’est installé à la terrasse du Malibu Farm, le seul restaurant, un peu stylé quand même, de la jetée. On a donc pu manger avec une super vue !
Après ça on était motivés pour aller faire du paddle mais on a jamais trouvé sur notre plage... il aurait fallu aller de l’autre côté de la ville et ... bah le conducteur n’en avait pas très envie alors on a juste flâné sur la plage. Au moins elle était assez intime, seulement quelques personnes et quelques surfeurs.
On est ensuite rentrés tranquillement à l’appartement avant d’aller au Farmers Market une dernière fois. C’était une journée calme et ce n’était pas plus mal après ces quinze franchement intenses, il faut l’avouer. Je les ai bien occupés les parents !!

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Samedi, jour du départ. Après une matinée à finir les valises, on a pris la direction de Venice pour notre dernier repas, rejoints par des amis de mes parents. On a choisi Gjelina pour l’occasion, sur Abbot Kinney et c’était hyper bon. En revanche, on a du composer avec les deux minimoys de leurs amis et c’était sportif. Vous savez quoi ? Pour l’instant j’aime trop voyager pour avoir des enfants. Je suis vaccinée jusqu’à ce que j’oublie l’enfer d’être en voyage avec des enfants qui ont décidé qu’ils n’étaient pas contents/fatigués/déçus/tristes/vexés, choisissez la bonne réponse. Agrémentez ça d’une bonne dose de bêtises bruyantes et de complaintes d’enfants et vous avez la gêne ressentie par une femme sans enfant d’être en terrasse avec ces deux là ! Heureusement après on est allés voir la plage une dernière fois et en tant qu’enfant c’est le paradis. Quand ils sont de bonne humeur, ils sont sympa ces gosses. J’ai même fait un concours de saut en longueur dans le sable avec le plus grand. Ok, j’ai sauté deux fois et après j’ai trouvé la parade pour qu’il saute tout seul. C’est fatiguant en fait les mini humains !
Avec tout ça il était temps de ramener mes parents à l’aéroport et de récupérer ma Malibu (qui m’avait manqué !)
Après avoir assimilé qu’on se séparait et s’être dit au revoir, il me fallait prendre la route de San Diego.
2h30 de bouchons. HORRIBLE. Je me demande encore comment une route aussi longue peut être aussi fréquentée du début à la fin. J’ai eu seulement 30min de répit au milieu. Du coup je suis arrivée à mon nouvel airbnb rincée. Je devais déposer mes valises avant d’aller rendre la voiture à l’aéroport. La rue était pleine, j’ai décidé de me garer devant le portail puisque je faisais l’aller-retour. Le temps de déposer la valise et checker l’itinéraire pour revenir en transports en commun. Que n’avais-je pas fait ! Je suis sortie sous les cris du voisin. Monsieur était très très en colère et avait la police au téléphone pour faire enlever ma voiture. Manquait plus que ça pour compléter la journée. Même en lui expliquant que je posais juste ma valise et que je partais maintenant, il a continué à beugler. Heureusement que la dame qui passait a pris ma défense, il était tellement énervé que j’ai cru qu’il allait m’obliger à attendre la police.
Bref, après tout ça j’étais bien contente d’être au calme et de pouvoir me reposer. Que d’émotions après autant d’activités !

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Du coup, dimanche j’avais déjà décidé que je ne ferais pas grand chose. Après ma première nuit dans mes draps en satin (oui j’ai vraiment des draps en satin, c’est pas chaud et ça glisse, aucun intérêt !)
J’ai quand même bougé un peu, jusqu’à Seaport Village pour être exacte. J’ai traversé la ville mais je n’ai marché que dans une seule rue. La ville est petite ici. Et comme d’habitude, des sdf partout... c’est vraiment pas agréable et ça fait un peu de peine de les voir comme ça. Mais j’ai vu des maraudeurs pour la première fois de mon voyage. Ils leur donnaient sandwichs, desserts et bouteilles d’eau. Donc à San Diego ils sont sympa quand même.
Le seaport village c’était mignon, au bord de l’eau, la brise agréable, la musique de bord de frontière. On se sent carrément déjà au Mexique ici. Et qu’est-ce qu’il fait chaud !
Je ne suis pas rentrée très tard, il fallait que je regarde un peu mieux les transports, les activités, etc.
Dans la soirée j’ai croisé Tony, mon hôte, un prof à la retraite. On a parlé pendant 1h je crois, comme deux vieux aigris, de la perte de profondeur dans les langues avec les nouvelles générations. J’en ai appris beaucoup sur la façon dont les américains voient leur langue et comment elle peut autant être déformée par l’argot. C’était un dimanche soir instructif !

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Lundi, j’ai trouvé la motivation en moi et ai pris la route de Balboa Park. J’y suis allée à pied mais je ne l’imaginais pas si grand et j’étais du mauvais côté du parc. Une heure de rando pour atteindre le côté des touristes ! Le soleil cognait fort et les cactus ne me donnaient pas beaucoup d’ombre. Comme ça, à l’approche de l’heure fatidique de midi, je cuisais sérieusement.
J’ai tenu bon au milieu du desert garden, pas d’ombre, de la montée, de la montée, de la montée. Et là, l’oasis, je suis arrivée au roses garden. C’était si beau, ça sentait si bon. J’ai même trouvé le courage d’aller y faire un tour alors que je mourrais d’envie de me poser.
Il ne m’a pas fallu longtemps ensuite pour trouver El Prado, un restaurant sympa, ambiance mexicaine, terrasse méditerranéenne, j’étais enfin à l’ombre avec une grande limonade à la mûre.
J’ai pu manger des brochettes excellentes (un peu trop de chou à mon gout pour l’accompagnement, on était vite lassé) et un « flan » pour le dessert, encore leur crème à la vanille.
J’étais de nouveau en forme pour continuer mon périple après ce repas. J’ai continué de marcher dans le parc, j’ai vu de beaux bâtiments assez typés hispanique. Puis j’ai redescendu le parc jusqu’à la sortie. Je suis passée le long d’un stade où j’ai pu voir l’équipe de football du lycée s’entrainer. Après avoir binge watché All-american, j’étais trop à fond, je l’avoue.
Après tous ces efforts il était temps de rentrer, j’étais claquée. C’était la douche la plus agréable de ma vie (après le coca le plus rafraichissant de ma vie).

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Mardi, j’avais des rendez-vous et du travail. Il faisait encore 32 dehors, j’avoue que je n’avais pas de grande motivation. Cuire au soleil c’est pas trop mon truc. Enfin si, à la plage. Mais la plage de San Diego elle est à 1h de transport donc vous savez quoi ? Je suis restée travailler à la maison. J’ai profité du balcon pour travailler de manière très agréable.
J’ai aussi entendu un rendez-vous entre mon hôte et un entrepreneur. On a donc discuté du prix des travaux ici que je trouve aberrant considérant que leurs maisons sont en papier.
Ma seule sortie a été au Walmart pour m’acheter de quoi manger et j’ai craqué pour leur promos 2 pies à $1. (Y’avait Apple et Cherry, comment resister ?) Grosse journée palpipante comme vous pouvez le constater.
Heureusement les couleurs du coucher de soleil étaient jolies depuis le balcon et j’en ai pris l’évolution en photo car sinon vous auriez eu zéro photo. C’est la fin de voyage, je deviens fainéante.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Aujourd’hui je me suis quand même décidée à sortir un peu plus. J’avais encore des rendez-vous ce matin donc je suis restée studieuse mais j’ai quitté la maison dès la fin de mon call.
J’ai enfin acheté le pass métro de San Diego (qui vient rejoindre mes autres pass, je vais entamer une collection)
Je suis allée à Old Town et c’était très mignon. J'ai fait le trajet en écoutant un mec débiter à une vitesse hallucinante tous ses problèmes et croyez moi, y'en avait un paquet. Il a bien essayé de paraitre intéressé en me posant une ou deux questions mais c'était surtout pour me couper la parole et reparler de ses dents qui le gênent ou de son estomac qui brûle. Drôle d'oiseau celui-là, il venait de l'Oklahoma, c'est sûrement pas un hasard...
Heureusement, très rapidement j'arrivais à Old Town. Un joli mix far west / mexique. Il y avait la Fiesta De Reyes, à l’approche de la Toussaint, il y avait donc beaucoup de décorations mexicaines en l’honneur de la fête des morts. Je me suis arrêtée au Reyes Restaurant où j’ai pu manger un plateau de mets mexicains sur fond de musique du pays. Et je commence même à m’habituer à l’Iced Tea sans sucre (je l’ai bu nature, j’avais pas de sucre sur la table !)
Ensuite j’ai marché avec mon doggy bag dans le parc (vu auriez vu la taille du truc, j’ai pas assumé)
J’y ai vu d'anciennes maisons conservées et transformées en mini musées. J’ai même rencontré une dame qui tissait des paillassons avec des chutes de tissus. Je lui ai promis de suggérer cette nouvelle idée à ma mère qui tricotte tout un tas de trucs (tricot, tissage, broderie, c'est tout pareil pour moi fille indigne)
Bref, c’était sympa mais il faisait tellement chaud que je ne suis pas restée trop longtemps.
Je suis donc rentrée et ai fait l’effort de passer par Gaslamp Quarter, le quartier historique de San Diego. Je vous garde les photos pour la semaine prochaine car j’y retournerai vendredi.
Pour l’instant, San Diego c’est sympa mais ça ne m’a pas hyper convaincue, peut-être que je commence à être fatiguée de voyager aussi. Je prends plus le temps de me reposer et moins de visiter à tout prix, après tout, je suis censée être en vacances non ? (avec un peu de travail quand même, vous savez bien que je ne sais pas m’arrêter)

Des bisous de San Diego !

mosaique de photos illustrant le texte au dessus