Photo des montagnes de Grand Sequoia National Park

Parental Advisory

C'est quand qu'on rentre ?

Le jeudi matin, on était contents de partir de la tente en plein Zion Park, il faut bien l’avouer. La douche avec la toile qui colle à chaque coup de vent et probablement 7 degrés dans la tente... c’était rude ! Je faisais de la fumée en respirant pendant que je prenais ma douche ! La vue a quand même bien rattrapé le froid et le manque de sommeil. En plein milieu de nul part, en haut de notre colline, on surplombait la vallée entourée de montagnes. On s’est dit que c’était quand même une belle expérience (mais plutôt à faire l’été en priant pour ne pas avoir de vent). On a bien profité des paysages de Zion avant de prendre désormais la route de Las Vegas, au grand désarroi de ma mère.
Arrivés pour 13h, le check-in n’était pas accessible. Après avoir traversé tout le casino pour atteindre le lobby, ma mère faisait déjà une syncope. On est sorti au petit trot pour revoir le soleil. Notre recherche de terrasse nous a emmené chez Spago, au Bellagio, le restaurant que j’espérais faire pour mon anniversaire à l’origine. (En vrai c’est plutôt moi qui nous ai emmenés là bas).
On y a mangé un menu excellent ! Genre, vraiment excellent. Et le spectacle des fontaines vu de la terrasse pour finir le repas était parfait.
Après un tour d’inspection de la chambre, nous sommes ressortis pour faire découvrir le strip aux parents. Ma mère a détesté. On l’a emmenée voir les gondoles à Venise mais l’espace fermé a vite eu raison de sa patience. Décidément Las Vegas n’est pas pour elle. Elle s’est d’ailleurs fort impatientée quand on s’est perdu pour rejoindre le monorail. Sacré monorail d’ailleurs, grosse vue sur les parkings, drôle d’attraction touristique !
Avec notre repas à 15h, la faim n’était pas là, on a laissé la mère supérieure à la chambre et je suis descendue jouer aux machines à sous avec mon père. J’ai pu jouer beaucoup plus longtemps que lors de mon premier passage ! (C’est plus facile quand ce n’est pas toi qui conduit...)
On a d’abord gagné sans arrêt (on a d’ailleurs attiré une vieille madame obsédée par les machines sur celle d’à côté), puis on a reperdu, évidemment.
Petite blague du soir, l’univers étant un grand comique. Entre deux machines, je me suis retournée à le recherche de notre future cible et j’ai phasé sur la personne en face de moi, elle a phasé aussi avant un « MAIS NAAAAN » àl’unisson. Oui, à Vegas, par hasard, j’ai croisé Tiff, mon ancienne coloc. 9000km de Paris et j’arrive à croiser, non pas quelqu’un que je connais de vue, mais MON ANCIENNE COLOC. C’était assez drôle quand même !
Après on est retourné à nos machines et 3h30 de jeu plus tard, on a capitulé et on est remonté dormir. On a quand même eu deux « gros » gains de $70 et $60, pour l’ego c’est sympa ! Mais on est reparti avec moins d’argent qu’en arrivant, bien sûr.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Vendredi matin, ma mère espérait partir au plus vite, raté. D’abord on a bien profité du Bacchanal Buffet, excellent et très fourni ! (En plus d’être extrêmement bien présenté).
On est reparti rond comme des ballons, mais ce n’était pas fini ! (On entend maman souffler bien fort)
On a fait un arrêt à Fremont Street où une petite portion de la rue est entièrement couverte d’écrans. Il y a un petit côté oppressant mais il faisait jour du coup c’était pas si désagréable. On y a vu les tyroliennes en position super héros. Mon père l’aurait bien fait mais pas tout seul et comme vous le savez... j’ai le vertige. (N’allez pas imaginer que ma mère aurait fait ça !)
Il était temps d’enfin quitter cette ville de fous.
On s’est arrêté voir les Seven Magic Mountains, sculptures de pierre peintes en périphérie de Las Vegas, juste assez pour prendre le vent dans la figure et quelques photos puis on a roulé jusqu’à Calico.
J’avais déjà vu Calico avec les filles en août et je voulais que mes parents voient ça ! On est arrivé un peu tard et je ne savais pas que la ville fermait à 5h... du coup on a raté le dernier petit train, un peu dommage. En tout cas, ce deuxième passage était moins difficile que le premier, il y faisait moins chaud et le soleil cognait moins !
Cette fois on a acheté un truc au drôle de monsieur qui peint des chaussures en porcelaine.
L’étape du soir était dans un motel à Barstow où deux chiens fou fou nous ont accueillis à base de câlins, c’était cool !

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Samedi devait être consacré à Séquoia mais la route devenait épuisante pour mes parents. Changement de programme, direction Pasadena !
On a d’abord vu le Civic Hall qui avait une petite ambiance hispanique, on a ensuite traversé le Civic Center à la recherche d’un café mais rien d’intéressant à l’horizon. On a marché un peu dans old Pasadena avant de traverser un parc pour rejoindre le restaurant. On y a croisé de très belles voitures de collection et j’ai discuté un moment avec un policier à la retraite pendant que mon père admirait sa voiture. Il était hyper sympa avant de commencer à sortir des trucs du genre « avant être flic c’était bien, maintenant avec leurs conneries black lives matter on ne peut plus tirer sur personne, ils inventent ces conneries pour qu’on nous déteste ». Il m’a ensuite expliqué que ce n’était pas parce qu’il votait Trump qu’il était raciste, qu’il votait juste pour l’homme de la situation, tout ça au milieu d’une espèce d’évènement qu’on a compris être gay plus tard. Sympa.
J’ai cordialement fui, mes parents avec leurs têtes de « on y va, on s’ennuie, on a faim » m’ont bien aidée. Et on s’est retrouvé à La Grande Orange, à manger des short ribs hyper bons mais assez épicés. On a fini par trois boules de glaces de la taille des mugs de café.
Pour bien terminer cette journée, direction Huntington Library en passant par CalTech (bisous Sheldon) où les jardins étaient vraiment magnifiques, merci au couple qui nous a donné ses stickers sur le parking, on a payé seulement une place pour trois du coup !
Il était ensuite temps de récupérer les clés du dernier appartement pour lequel on a UN PEU galéré, Carlos l’alcoolo nous a bien fait patienter. Heureusement l’appartement était super, assez propre, avec deux chambres et deux salles de bains attenantes. J’ai mes quartiers ! (Loin des moissonneuses batteuses)
Et comme je les avais prévenu, on a mangé In-N-Out pour notre retour à LA. Je les ai convaincus je crois !

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Dimanche pour notre retour à la ville, je les ai emmenés... AU FARMERS MARKET. Ah ils n’allaient pas y échapper, non, non, non.
À notre arrivée, un groupe de banjo s’installait, c’était ma première fois un dimanche et c’est bien plus animé ! On a d’abord bu un café et partagé des donuts en écoutant le groupe de banjo avant d’aller marcher dans le Grove. Et là on est tombé sur une course de cochons ! On a attendu 15min pour 15 secondes de course mais c’était quand même trop mignon de voir ces quatre petits cochons. Mes parents ont bien aimé le Grove, on a même pris le petit tram qui fait le tour, ça c’est vraiment un truc de touristes parce que ça ne sert pas à grand chose !
Pour notre repas du midi, retour au Farmers Market où je les ai initiés à mes Tots. Carton plein ! On était maintenant disposé à faire un tour studieux au LACMA. La mauvaise surprise c’est qu’il y avait encore plus d’ailes fermées que lors de mon premier passage. Là c’était vraiment cher pour ce qu’on a vu... surtout que mes parents n’aiment pas l’art moderne et qu’il n’y avait quasi plus que ça.
Après ça il fallait bien qu’on compense avec la nourriture. Je les ai emmenés au Verde, un bar restaurant avec vue sur le Grove. On y a hyper bien mangé même si le serveur m’a inventé une soupe à la tomate (j’avais hésité ça tombait bien, et elle était excellente mais je ne l'avais pas demandée)

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Lundi, direction la plage !
Les retrouvailles avec Venice qui m’avait manqué je l’avoue. Les parents n’ont pas été super fan de l’amas de sdf partout sur le boardwalk.
Heureusement on est allé sur Abbot Kinney chercher des donuts d’abord (les fameux Blue Star Donuts), j’ai obtenu une validation. Ils sont d’accord : ils sont excellents !
On a quand même un peu marché sur le boardwalk, regardé les stands, ma mère s’est acheté un chapeau, on est passé voir Muscle Beach pour mon père... puis l’heure de manger arrivait à grands pas. Il était plutôt évident que je ne les ferais pas manger des corn dog sur le boardwalk et ma mère aimait bien une terrasse croisée sur Abbot Kinney. On a donc mangé chez Kreation Kafe, un restau organic où on a bu de super jus fancy et des plats bons pour la santé (mais toujours trop copieux).
C’était nécessaire pour les 2h de vélo qui suivaient. Eh ouais, les parents ont aussi eu droit à la balade à vélos le long de la plage entre Venice et Pacific Palissades où on a fait demi tour. 12km de vélos, on méritait bien nos glaces de chez Salt&Straw, meilleur glacier de Portland que je n’avais pas eu le temps de goûter. Chez eux, une boule de glace fait la taille d’une balle de tennis, la version « petite » que j’ai prise : des balles de golf. C’était violent mais c’est la meilleure glace que j’ai mangé ici.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Après une soirée calme, on a commencé mardi encore assez tranquillement. Après tout, c’est les vacances. On a fait les gros touristes, on est allé voir UCLA et on a acheté le sweat de l’université. Vous subirez mon sweat UCLA tout l’hiver (et tous les dimanches). Le temps restant était trop juste pour passer voir le walk of fame comme prévu, on a donc pris directement le chemin des Studios Warner Bros où un tour nous attendait (en français pour que les parents en profitent à 100%). La nourriture c’est important, on s’est quand même fait un burger au black angus avant de commencer.
Les Studios Warner étaient hyper cool, le guide avait plein d’anecdotes ciblées sur les séries que l’on avait demandées, il y a plein de choses à voir, plus que chez Paramount où j’avais fait un tour il y a deux ans. Ils ont quand même de très grosses franchises qu’on aime toujours redécouvrir dont DC et Harry Potter. On nous a bien évidemment emmenés sur un plateau (que j’ai trouvé moins bien expliqué que celui visité chez Paramount pour le coup) et le clou de la visite : la salle des accessoires. Des milliers d’accessoires entassés dans un grand hangar, un gifi version Hollywood.
C’était la dernière étape avant l’arrêt final où se trouvait Central Perk (on a pas pu s’empêcher de boire un truc derrière la vitrine ultra connue). On a bien évidemment pris la photo sur le canapé mythique des amis New-Yorkais et dans la salle suivante, je me suis empressée de m’assoir à la place de Sheldon, sur son canapé, pour prendre une photo. En résumé c’était une super visite que mes parents ont trouvée très intéressante, encore une activité réussie !
On a fini la journée avec un restau sympa près de l’appart où j’ai pu mangé des saint-Jacques et mon dieu ça m’avait manqué.

mosaique de photos illustrant le texte au dessus

Aujourd’hui c’était grosse journée, départ en début de matinée direction Sequoia National Park (puisqu’on ne l’avait pas fait samedi), 9h de route sur la journée, ça tue.
Il y a toujours des paysages à regarder donc le temps paraît moins long mais les routes de montagne pour atteindre les Sequoia géants étaient un peu longues... arrivés à 2000m d’altitude on a fait le mini trail en direction de General Sherman, 11m de diamètre, l’arbre le plus large du monde. Entourés de ces arbres géants on était un peu impressionné, d’autant qu’on n’avait pas très envie qu’un arbre nous tombe dessus (on en a vu plusieurs par terre). On a appris qu’ils faisaient des incendies volontaires dans ce parc, pour maintenir le processus naturel et renforcer les sequoias.
En arrivant on était un peu explosé alors on a joué la facilité, on a acheté une belle pièce de boeuf, des mac&cheese au rayon surgelés et une barquette de fraises, easy.

Des bisous de Los Angeles !

mosaique de photos illustrant le texte au dessus